Mon vernis de rêve // Mermaid’s Dream (Deborah Lippmann)

J’avais prévu de faire mon retour sur le blog avec le swatch d’un superbe bleu holographique, mais la découverte du contenu de ma boîte aux lettres en a décidé autrement ! Aujourd’hui, j’ai reçu des États-Unis mon tout premier vernis Deborah Lippmann, le Mermaid’s Dream. Je l’ai commandé en deux exemplaires puisque je savais qu’il était sur le haut de la liste de Camille. Son anniversaire approchant à grands pas, c’était le vernis rêvé pour lui faire plaisir et voilà qu’hier, elle annonce sur Twitter qu’elle vient de se l’offrir… Il va falloir que je fasse travailler très fort mes méninges pour réussir à lui trouver un cadeau qui lui fera plaisir et surtout qu’elle n’a pas déjà dans sa collection. Pantone et Hector, je compte sur vous pour me donner des tuyaux ! ^^

Ce flacon Deborah Lippmann est en lui-même une véritable œuvre d’art. Il est lourd, cossu, le verre est travaillé pour un résultat à la fois raffiné et élégant. 3-Free, non testés sur les animaux et formulés avec de l’Okoumé (= arbre tropical de la famille des résineux), de la Biotine (= vitamine B8 connue pour renforcer les cheveux et les ongles) et du thé vert, les vernis Deborah Lippmann sont des vernis de luxe, souvent dupés, mais rarement égalés. Dans sa base vert d’eau au fini perlé/givré, Mermaid’s Dream est saturé de micro-paillettes dorées et argentées et de plus grosses paillettes turquoise. L’application est un véritable régal grâce à une formule absolument parfaite et un pinceau rond plutôt précis. Dès la première couche, on obtient une bonne opacité, mais je ne vous conseille pas de faire l’impasse sur la deuxième qui se révèle nécessaire. Le temps de séchage est ultra-rapide mais malheureusement, petit bémol, en dépit de deux couches de top coat pour tenter de lisser le rendu de Mermaid’s Dream, il reste assez granuleux…

Pour le shopping, c’est sur Ebay.com que ça se passe, chez ce vendeur. J’ai été livré moins de 10 jours ouvrés après avoir passé ma commande…

NPA Info Service
Je me remets tout doucement de mon WE de folie. J’ai été super gâtée puisque j’ai reçu un magnifique reflex bien plus « wahouuu » que celui que je comptais m’offrir cet été. Encore merci à ma famille et à mes amis s’ils passent par là puisque, si avant tous n’étaient pas au courant de ma passion dévorante, tous connaissent désormais Vernis en Folie (j’ai verni quelques dizaines de doigts en deux jours, de femmes, mais d’hommes aussi – le stamping, une vraie révolution ! ^^). Je fais donc mes premiers pas de néophyte avec ce billet, j’espère que les photos vous plaisent ! La prise en main n’est pas évidente mais j’espère progresser rapidement… 😀 Dans la semaine, je m’occupe du tirage au sort du concours Peggy Sage et je vous annoncerai le nom des trois gagnantes probablement en edit du billet. Des bisous et à bientôt pour le reportage de mes 30 ans !

Mermaid’s Dream (collection Spring 2012) par Deborah Lippmann : base, 2 couches, top coat

[Collection Rollergirl] Fame // Xanadu // Superfreak (Urban Decay)

Après Miss T, Love Train et Woodstock, on enchaine avec la deuxième partie du kit Rollergirl d’Urban Decay ! C’est parti…

Fame
Fame est un vernis taupe clair glacé aux micro-paillettes argentées et dorées. Opaque à la deuxième couche, c’est une teinte qui m’effrayait un peu dans le flacon et qui finalement me convainc une fois sur les ongles. Assez passe-partout, Fame peut se porter en toute saison, attention toutefois aux traces de pinceau !

Xanadu
Xanadu est un vernis à base transparente gorgé de paillettes violettes et roses. Quasi opaque à la troisième couche, vous pouvez le porter tel quel, sinon, n’hésitez pas à l’utiliser par dessus une base colorée ou à tenter des dégradés à la Pshiiit ! Les paillettes de Xanadu sont assez rugueuses, une bonne couche de top coat sera nécessaire pour retrouver des ongles lisses.

Superfreak
Superfreak est un vernis champagne doré métallisé au fini satiné. « Foil » même ! Opaque à la deuxième couche, je le trouve particulièrement festif et en même temps portable aussi bien aux beaux jours pour mettre en valeur un teint bronzé qu’en hiver…

Ce que j’ai pensé de cette deuxième partie de la collection Rollergirl…
Là encore, je trouve qu’Urban Decay a tapé dans le mille avec la deuxième partie de cette collection. Certes Fame, Xanadu et Superfreak ne sont pas des teintes qui respirent l’été (comparées aux collections vives, néons et pastels des autres fabricants) mais je trouve sympa d’avoir pris le contre-pied de ce qu’on peut avoir « l’habitude » de voir.

Globalement…
Quand on regarde Rollergirl dans son ensemble, ce qu’on remarque d’abord c’est la diversité des finitions des vernis de la collection : des teintes vibrantes, des transparentes, des neutres, des paillettes mais aussi du mat, du satiné, du métallisé, du nacré !… Tout ça en fait une collection assez riche, qui lors de son lancement ne m’avait pas interpellée plus que ça, mais qu’il aurait été dommage de rater. Les vernis auraient été vendus séparément, je ne suis pas sûre que j’aurais souhaité en acquérir un seul : pas vraiment de « must-have » pour la collectionneuse que je suis… Ceci dit, je suis totalement convaincue par la qualité des vernis Urban Decay. Certes, je n’ai fait que les swatcher, je ne peux donc pas vous parler de leur tenue, mais la formulation des vernis est bonne et régulière d’un flacon à l’autre, le pinceau est pratique et le temps de séchage idéal (je fais une main, puis une autre, je peux m’attaquer à la deuxième couche sans attendre). Je n’aurais pas acheté ce kit au prix fort, mais je n’hésiterais pas à craquer pour un kit qui correspondrait parfaitement à mes goûts tant je suis séduite par ces petits flacons siglés UD…

Dites-moi tout, quels sont vos vernis préférés ?
Avez-vous, vous aussi, craqué pour la collection Rollergirl ?

Fame // Xanadu // Superfreak (collection Rollergirl) par Urban Decay : 2 couches (sauf Xanadu, 3 couches) sans base ni top coat