Revue de Presse // Nail It Magazine

C’est beau l’internet mondial ! La dématérialisation, l’information accessible H24, l’opulence des contenus, la gratuité aussi. J’ai beau adorer fureter sur les blogs, je reste très profondément attachée au papier. Depuis toute gamine, j’ai toujours aimé feuilleter les livres, les toucher, les sentir. Une de mes odeurs préférée est d’ailleurs celle de l’encre fraîchement imprimée ! ^^ C’est pour toutes ces raisons (mais aussi pour plein d’autres) que j’aime acheter des livres et des magazines consacrés au nail art. Aujourd’hui, je vous propose une manucure issue de Nail It Magazine. Si cette nouvelle rubrique vous plaît, j’essaierai de consacrer quelques billets "revue de presse" au sujet de mes chéris de papier…

On commence notre tour d’horizon par le magazine Nail It récemment arrivé chez les marchands de journaux américains et canadiens. Conçu comme un féminin, le magazine est dédié à la beauté des mains et s’articule autour de rubriques comme les questions des lectrices, la découverte de nouvelles marques indies, des tutos… Dans Nail It, on parle aussi mode, podiums, beauté et tendances à venir. Quelques articles de fond se mêlent à des brèves plus légères et pléthore d’astuces en tout genre. La rédaction analyse aussi des manucures de stars et propose aux lectrices de publier leurs plus jolis designs selon un thème prédéfini. Comme un féminin, il y a beaucoup (trop ?) de publicités mais personnellement, je leur pardonne puisque ça permet de découvrir des marques qu’on connaît peu, nous les petites frenchies, ou au contraire de baver d’envie devant les collections automne-hiver de China Glaze, Orly, OPI et compagnie ! Nail It est bien illustré, la maquette flatte l’oeil, on a affaire là à un vrai magazine de qualité (prenez-en de la graine Nail Art Magazine !)

(Gniiiiii, il est beau, il est beau, il est beau ce Beyond Cosy, MERCI Barbara ! <3)

Plusieurs nail-arts me font de l’oeil dans cette édition septembre/octobre, mais c’est le design de Diane aka PolishSickness, publié dans la rubrique "Snapshot" consacrée aux manucures de lectrices, que j’ai choisi de reproduire. Le thème de ce numéro était la french et ce n’est pas moins de 25 déclinaisons qui sont proposées et parfaitement réalisées par les lectrices/artistes ! Après avoir posé une base claire, on crée un arrondi en utilisant des guides pour french manucure. Diane a choisi de le poser vers l’extérieur, ainsi l’arrondi forme une sorte de demi-lune par rapport à la naissance de l’ongle. De mon côté, j’ai inversé la pose façon ruffian (vers l’intérieur donc) par pur esprit de contradiction. ^^ On pose ensuite des morceaux de stripping tape pour former des petites case que l’on remplit d’un camaïeu de ses couleurs adorées. J’ai l’impression que mon nuancier Pantone s’est ouvert en éventail sur mes ongles, je suis complètement sous le charme…

En résumé…
Nail It est une revue féminine bimestrielle axée nail-art et beauté des mains.
> Pour qui ? Pour celles qui aiment les jolies images, pour celles qui préfèrent les nail-arts graphiques sur ongles courts à mi-longs, pour celles qui lisent l’anglais.
> Où se le procurer ? Par abonnement sur le site du magazine. Vous recevrez votre premier numéro 6/8 semaines après la souscription.
> A quel prix ? Comptez 32$ (soit environ 25EUR) pour 1 an // 6 numéros

Vous connaissez Nail It ? Vous lisez d’autres revues consacrées au nail-art ? Lesquelles ? Cette nouvelle rubrique sur le blog, ça vous parle ou pas vraiment ?

Manucure réalisée avec Blanc (Essie), Maximillian Strasse Her (Essie), Mor12 (Nfu Oh), Mint Candy Apple (Essie) et Beyond Cosy (Essie)

#10tubesBday // Shine On You Crazy Diamond

Je pourrais dire plein de choses au sujet de 10tubes la co-fondatrice de la Sunday Nail Battle, la NPA, l’amoureuse de Ryan, la gastronome… Mais Andreia, c’est avant tout l’amie et quand Odile a proposé à un petit groupe de faire un nail-art pour fêter son anniversaire, j’ai tout de suite pensé aux Pink Floyd et à cette chanson désormais encrée sur sa peau !

Joyeux anniversaire minha irmã de coração et que le soleil brille sur toi ! <3

Manucure Pink Floyd réalisée avec Camelot (A England), Urban Night (China Glaze), Bleu Water (Bourjois), Bleu Lagon (L’Onglerie), Jaune Tiaré (L’Onglerie), Orange Création (Bourjois), Rouge Pompier (L’Onglerie), Blanc (Essie) // Dotting tool & Stripping Tape

Ascalon (A England) se fait rayer !

Aujourd’hui encore je publie plus tard que d’habitude, mais je suis tombée dans le piège de la copine-maman d’école qui m’a proposé de venir boire le café chez elle ce matin… Quand son mari est arrivé pour déjeuner, je me suis demandée si nous n’étions pas tombées dans une faille spatio-temporelle. Mais non, pas de doute, les gargouillis de mon estomac ont eu raison de mes doutes. Finalement, comme j’étais là, on a déjeuné ensemble ! ^^ Re-café, du midi cette fois, puis je me suis vite éclipsée, sinon, vous pouvez me croire, j’y serais encore. Du coup, mes ongles sont tout nus depuis hier et je suis obligée de vous montrer une manucure que je voulais vous présenter plus tard de peur que vous ne vous sauviez en courant en voyant qu’il s’agit de gris… Encore… Deux jours de suite…

J’ai posé le somptueux Ascalon et pour ajouter une petite touche glam-sympa, j’ai stampé mes annulaires de rayures argentées. Comme je trouvais que ça manquait encore un peu de brillance, j’ai ajouté une barrette de stripping tape dans le même axe que les rayures. Sur la dernière photo, j’ai tenté de vous montrer mes deux mains (quelle galère ! :D) pour que vous puissiez voir que sur la main gauche, j’ai posé mon stripping tape sur Ascalon et que sur ma main droite, je l’ai posé sur le stamping, histoire de casser la symétrie… Ça faisait longtemps que je n’avais pas porté une des merveilles d’Adina, la créatrice de la marque A England, mais c’est toujours un vrai plaisir à appliquer et à porter !

Ascalon (collection The Legend) par A England : base, 2 couches, top coat // Stamping réalisé avec No Place Like Chrome (Essie) et le motif de la plaque CH8 (Cheeky)

The Sunday Nail Battle #6 // Triangles, contraste et stripping tape

Aujourd’hui, je fais vite… Je viens tout juste de finaliser ma manucure pour pouvoir vous la poster à temps, mais je dois vous avouer que ce week-end a été riche en émotions, en jolis moments et en tout plein de choses qui font qu’on a moins envie de se trouver derrière un clavier ! J’espère que vous ne m’en voudrez pas ?…

Le thème de cette 6ème édition de la Sunday Nail Battle ? Le triangle !

Outre cette forme géométrique, 10tubes et Odile Sacoche nous imposaient l’utilisation de trois couleurs différentes. Comme j’ai envie de contraste en ce moment, j’ai utilisé du blanc crème, du gris irisé et du noir à micro-paillettes holographiques. J’ai peint quatre de mes doigts en noir, c’est seulement le stripping tape argenté qui les "triangularisent". Sur mon annulaire, j’ai peint une base blanche et j’ai ajouté deux chevrons grâce aux guides autocollants de mon kit french-manucure… Voilà pour ce dimanche, j’espère que ma version vous plait et je m’éclipse déjà pour aller voir les participations des blopines. Je vous souhaite à toutes une bonne fin de week-end et je vous dis à la semaine prochaine !

The Sunday Nail Battle #6 réalisée avec Blanc par Essie // King Arthur (collection The Mythicals) par A England // Bridal Veil (collection The Legend) par A England

Une fleur a fait le printemps ?… // 07 Fuchsia Bucolique (Bourjois)

Bah oui… Dans ma grande naïveté, j’avais espoir qu’en accrochant ma teinte chouchou du printemps avec un petit nail-art à fleurs, le beau temps pointerait le bout de son nez. Raté, Bé, raté !! A défaut de soleil pour nous réchauffer le cœur et les idées, c’est Fuchsia Bucolique qui a la lourde tache de mettre de la joie de vivre au bout de mes doigts…

Fuchsia Bucolique * est un vernis crème rose bubble-gum (pour ne pas dire fuchsia). Il est vif, mais pas criard, il est chic, sans tomber dans la vulgarité d’un rose barbie-pouffe. Très opaque dès la première couche, mon obsession et moi en avons rajouté une seconde. Ce rose se revendiquant bucolique, j’ai fait un petit nail-art champêtre tout simple à réaliser… J’ai choisi de ne le faire que sur un doigt parce que je trouve ça plus doux (et parce que j’étais pressée ^^), mais libre à vous de faire pousser des petites fleurs de printemps partout sur vos doigts. Pour le reproduire, il vous faut : trois petites bandes de stripping tape de longueur inégale à coller perpendiculairement au bord libre (mais bien parallèles entre elles), cinq points par fleurs à réaliser au dotting-tool (quatre pour les pétales, un point central pour le cœur), une quatrième fleur fraichement éclose en bord d’ongle, une couche de top coat et le tour est joué !

07 Fuchsia Bucolique (gamme 1 sec/ongle // nouvelle texture “gel”) par Bourjois : base coat, 2 couches, top coat

* Produit envoyé par la marque pour considération

Follow Me On Glitter (Nicole by OPI) // Concours Express !

Ce vernis, c’est de la bombe en flacon ! Dans une base anthracite, des milliers de micro-paillettes argentées partagent la vedette avec des paillettes rondes de toutes les couleurs (jaune, orange, rose, turquoise, vert et argent). Follow Me On Glitter me fait penser aux vernis de la collection Prismatic de China Glaze que j’ai commandés chez Camille, les reflets duo-chromes en moins. L’opacité est parfaite en deux couches, le temps de séchage est ultra-rapide et la tenue est bonne. Ce qui finalement m’aura fait changer de manucure, c’est le stripping tape qui s’est décollé à la fin du deuxième jour… Avec une couche de top coat, les paillettes se sentent à peine sous les doigts. En fin de compte, il n’y a aucune raison de ne pas l’aimer ce petit, vous ne trouvez pas ?

Je ne sais pas si vous vous en souvenez, mais j’ai un deuxième flacon en ma possession pour vous ! Parce que Follow Me On Glitter est un clin d’œil aux comptes Twitter des sœurs Kardashian, je vous propose de jouer pour tenter de remporter ces superbes paillettes en me laissant, sous ce billet, un commentaire "à la façon de Twitter". Pas de chances en plus cette fois, on mettra les petits plats dans les grands pour la semaine anniversaire du blog qui aura lieu dans une quinzaine de jours ! Néanmoins, vous pouvez prendre de l’avance en me suivant, si vous ne le faites pas déjà en cliquant sur les icônes "flacons de vernis" dans la colonne de droite de la page d’accueil. Toujours pas de relais, c’est contre ma religion, mais si vous le faites, ça me fera plaisir… #sharethelove
Bon alors, il faut faire quoi pour le gagner ce vernis ? La seule obligation pour valider votre participation est d’insérer la mention #followmeonglitter en me laissant votre commentaire. Ce concours express est ouvert jusqu’au mercredi 11 avril 2012 minuit, il est ouvert à la France, la Belgique et la Suisse. Je me réserve le droit de ne pas accepter des participations doublons, incomplètes ou sans un minimum de politesse et de cordialité. Soyez originales, poétiques, drôles, lâchez-vous et mettez-moi un sourire jusqu’aux oreilles !

Follow Me On Glitter (collection Kardashian for Spring 2012) par Nicole by OPI : base coat, 2 couches, top coat // Invité d’honneur : Camelot (collection The Mythicals) par A England

Les yeux d’Essie // Holy Grail & Camelot (A England)

Quand je vous ai présenté la dernière collection A England, je vous ai dit que l’un d’entre eux, Princess Sabra portait également le surnom de Tristam Eyes en hommage à la couleur subtile, mélange de vert et de doré, des yeux de Tristan, le chat d’Adina. Ici, ce n’est pas vraiment le cas et en regardant de plus près, c’est Holy Grail, une autre pépite de la marque A England qui collerait mieux aux yeux d’Essie, surnommée "la minou" (par mes enfants) ou "monstre à poils" (par mon mari). Tout est question de point de vue, mais avouez que c’est moins vendeur que son célèbre nom !

Holy Grail est un vernis métallisé jaune doré vieilli. On dirait qu’Adina a fait fondre des bijoux usés par le temps et qu’elle a rempli ses flacons avec cet or liquide. En plein soleil, on distingue des micro-paillettes rouges et vertes, c’est très discret mais ça me conforte dans l’idée que la teinte a un effet volontairement patiné. Côté application, encore une fois la formulation fait mouche et en deux couches, Holy Grail est parfaitement opaque. Le temps de séchage est rapide et la tenue correcte, mais pas autant que d’autres précieux de la marque. En effet, je trouve que le bord libre s’est usé un peu prématurément, sans doute à cause du fini du vernis…

A force de voir des swatches circuler sur le net et parce qu’avec le temps j’apprends (et je me surprends) à ne me refuser aucune teinte, je me le suis offert tout simplement parce que je trouve Holy Grail solaire et hypnotisant… comme les yeux d’Essie !

Pour rendre à mon tour hommage à la boule de poils qui partage nos vies (qui en ce moment même chasse l’insecte dans la cour de la maison !), j’ai tenté un petit mix-and-match de motifs noirs avec Camelot (A England). Sur le pouce, des pois, sur le majeur et l’auriculaire, des bandes verticales (réalisées au stripping tape) et sur l’index et l’annulaire, une bande horizontale (réalisée au scotch) sur laquelle un chat noir trône fièrement (sticker). Je trouve le résultat assez graphique, j’ai porté cette manucure pendant trois jours avant d’en changer. J’ai conscience que la teinte comme le nail-art ne vont pas forcément faire l’unanimité, mais j’ai hâte de lire vos commentaires à ce sujet…

Holy Grail (collection The Mythicals) par A England : base coat, 2 couches, top coat // Nail Art réalisé avec Camelot (collection The Mythicals) par A England, planche de stickers (noir/argent/blanc // motifs : chat/étoile/nœud/couronne) par Peggy Sage (réf.149082)

I Don’t Give a Rotterdam ! // I Have a Herring Problem (OPI)

Hier, j’ai voulu à la fois m’amuser avec mes nouveaux vernis OPI et rendre hommage à la déesse du stripping tape, j’ai nommé Pshiiit… Pour ce faire, j’ai associé les deux bleus de la collection Holland. I Don’t Give a Rotterdam est un bleu pâle grisé alors que I Have a Herring Problem est un peu plus sourd avec une pointe de vert. Tous les deux sont gorgés de micro-paillettes argentées et dorées qui les rendent très lumineux. Côté application, ils se valent et manquent un peu d’opacité à deux couches, une troisième fine couche sera donc la bienvenue…

Le stripping tape (ici, utilisé sur le pouce, l’index, le majeur et l’auriculaire) : comment ?
1. Attention, le stripping tape est très fin (à peine 1 mm de large) et pas forcément évident à utiliser. Que vous le travailliez horizontalement ou verticalement, je vous conseille de vous servir d’une pince à envies, vous savez, la pince qui sert à couper les petites peaux du contour de l’ongle. J’ai pensé une seconde à l’emploi du cutter avant que ma maladresse légendaire ne me rattrape et que mon cerveau ne se mette à m’envoyer des signaux "Danger, DANGER !!!".
2. Gros défaut du stripping tape : sa tenue ! A moins que vous ne décidiez de garder vos mains dans de la ouate loin d’une fermeture éclair à zipper, de vaisselle à faire, d’un bain à donner, bref d’une vie à vivre pleinement, il va falloir renforcer tout ça pour que ça tienne. Ne vous leurrez pas, une manucure au stripping tape a une durée de vie, au mieux, d’une journée…
3. Si vous posez le liseré argenté horizontalement (comme sur mon index et mon auriculaire), appuyez bien aux extrémités à l’aide d’un bâtonnet de buis et passez une couche épaisse de top coat. Vous verrez, c’est comme ça qu’il tient le mieux !
4. Si vous le posez verticalement (comme sur mon pouce qu’on ne voit pas ^^ et mon majeur), c’est là que la bête est la plus rebelle ! Veillez à arrêter le stripping tape un petit peu avant le bord libre de votre ongle pour être certaine qu’il ne déborde pas et s’accroche partout. Avant de le coller, déposez un tout petit point de top coat pour accroître le pouvoir collant du scotch (oui, le stripping tape n’est rien d’autre qu’un scotch de couleur très très étroit). Collez, maintenez-le quelques secondes puis passez une couche épaisse de top coat. Cette technique devrait vous permettre d’améliorer la tenue de votre joli ruban argenté…

Sur l’annulaire, j’ai tenté un dégradé de poussière de diamant, rien que ça !
Diamond Dust (parce que c’est son petit nom et parce qu’en anglais, ça sonne mieux) est un pigment libre de la collection Crystalliced (Essence) pour le maquillage des yeux, des lèvres et du corps. Ils auraient du ajouter les ongles à leur liste chez Essence ! Pour dégradé des pigments sur vos doigts, appliquez une fine couche de top coat sur le premier tiers de l’ongle, puis trempez un applicateur mousse de fard à paupières dans les pigments. Tapotez sur le rebord du couvercle pour faire tomber l’excédent et appliquez sur la partie top coatée de l’ongle en remontant vers la lunule. Ainsi le plus gros des pigments sera concentré sur le bord libre, le reste se dégradera naturellement et harmonieusement sur le reste de l’ongle… Une couche de top coat pour sceller le pigment, qui est libre je le rappelle. Prévoyez un petit coton imprégné de dissolvant pour nettoyer le pinceau avant de le replonger dans son flacon, sinon, votre top coat transparent sera bientôt pailleté ! J’aime beaucoup le rendu (merci encore ma caille pour cette découverte !), ça ajoute un petit côté à la fois givré et brillant aux paillettes de I Don’t Give a Rotterdam ! et I Have a Herring Problem tout en cassant la géométrie créée par l’emploi du scotch.

Pour finir, voici une petite vue d’ensemble de ma manucure hommage. C’est mon apprenti photographe de fils qui est l’auteur de cette photo, j’espère que vous voudrez bien lui pardonner le léger flou (artistique ?) de son cliché. Personnellement, je suis plutôt fière de ce qu’il a fait du haut de ses six ans… Comme vous pouvez le voir, j’ai conservé les mêmes motifs sur les doigts, par contre, pour casser la symétrie, j’ai inversé les couleurs. Sur la main gauche (celle que je prends en photo pour les swatches), j’ai utilisé I Don’t Give a Rotterdam ! trois fois en base, alors que sur la main droite, c’est I Have a Herring Problem qui est en supériorité de ton.

I Don’t Give a Rotterdam ! // I Have a Herring Problem (collection Holland) par OPI : base coat, 3 couches, top coat